• « Je m'appelle Benoit Maillard, j'ai 27 ans. J'ai étudié le cinéma, le théâtre, la danse... » 2184 Clics

     

    Dans la série, le bal des rencontres...Benoit Maillard.

     

                     

            « Je suis passionné de cinéma.. »

     

     

     « J’aimerais vraiment me rapprocher de ce milieu-là, donc j’essaye, à travers des stages ou des p’tits boulots, d’atterrir dans le milieu…Et puis, pourquoi pas, un jour,  pouvoir écrire quelque chose ou réaliser quelque chose.. »

     Tu aimerais réaliser, écrire… Dans quel type de registre?

     « J’aime beaucoup les comédies dramatiques à la Française…Pas le truc trop lourd. J’aime plutôt les drames qui portent sur les relations familiales, l’histoire du passé. Ouais, J’aime ça, l’histoire de France. Cela peut paraître lourd mais si l’on y colle un bon scénario sur lequel on peut s’identifier, ça peut vraiment fonctionner.  Je suis sûr qu’il y a quelque chose à écrire là-dessus. J’aimerais bien mettre cela en relation et trouver un bon point pour commencer quelque chose »

    Tu as déjà un pied dans le cinéma…?

    « Oui, j’ai commencé par la déco. Je participe à la construction des décors. Je les aménage. Je fais des p’tits travaux d’intérieur. Le tout, est coordonné par un chef qui te dit son style, etc … »

    Dans le jargon cinématographique, ça s’appelle comment, ce que tu fais ?

    « C’est Ripeur. C’est vulgarisé en tant que Ripeur. Ce n’est pas un terme qui est flatteur parce que tu fais un peu de tout. Tu peux aller chercher un meuble, faire des courses ou encore tu peux te retrouver directement à faire une construction gigantesque.  Et là, c’est vraiment passionnant. Parce que finalement, tu te retrouves face à toi-même. Tu peux vraiment développer…Tu peux dérailler, quoi ! »

    As-tu le souvenir d’un projet où tu étais face à toi-même ?

    « Eh bien le dernier…C’était vraiment un gros projet, avec un gros décor et puis c’était aussi plus intéressant…Il y avait moins de gens donc plus de boulot, plus de responsabilités…Et là, il faut y aller, quoi…Tu t’poses moins de questions débiles, t’essayes de créer »

    l’histoire du projet en question, c’était… ?

    « C’était une comédie française qui devrait sortir d’ici 6 à 8 mois. C’était une histoire de mariage où il fallait recréer, l’intérieur d’un château.  C’était un décor où il y avait de la technicité ( donc ça c’est bien aussi). Et puis surtout, j’ai réussi à trouver un autre job sur le plateau en tant qu’Assistant Accessoiriste. 

    Assistant Accessoiriste… ?

    « En fait, l’accessoiriste, c’est celui qui est responsable de la décoration pendant le tournage.  C’est celui qui va représenter, l’équipe déco…Et qui va, à chaque nouvelle prise, remettre tout en place, reconstruire le décor. Si le cadre n’est pas correct, il faut le recréer pour mettre en valeur l’image…Et surtout, tu es soumis au stress du tournage car tu es sur le plateau quand ça filme

    La déco, c’est une étape… Il y a un lien avec  tes ambitions d’écriture ou de réalisation?

    « Hmmm…Pas tellement. Mais le décor c’est vrai,  c’est super important. Heureusement qu’il est là, sinon le film n’a ni queue ni tête. Certes, il y en a qui s’en sortent bien, à faire sans décor. Au niveau de l’écriture, il faut savoir varier les milieux. Trouver quel décor, va pouvoir inspirer au spectateur, une émotion, une sensation ( quelque chose dans l’genre).

    Pour l’heure, tu es Ripeur…Jack the riper, tu connais ?

    « Bien sûr… » (éclats de rires partagés)

     

    mArie-clAude Eudaric

     

                           Sélection/Livres/Les métiers du cinéma

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 1er Octobre 2011 à 09:15
    Remrciements à
    Benoit Mallard
    2
    Samedi 1er Octobre 2011 à 09:57
    Gracias GERARDO ARIZA
    de verdad*
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :